gps europeen galileo, mise en orbite satellittes

Le GPS Européen Galileo va bientôt être en orbite et opérationnel

Avec l' iPhone 5, Apple améliore son smartphone vedette
La montre Polar RC3 GPS a un design mince, elle est Multisport et très légère

Poursuite du déploiement de la constellation européenne Galileo

La mise en place opérationnelle de GALILEO et de la prochaine génération du GPS (GPS III) préfigurent déjà pour les 20 années à venir la seconde génération du système mondial de navigation par satellites: GNSS 2.

Avec le GPS europeen Galileo, nous disposerons d’une précision au mètre près sur toute la planète, alors qu’aujourd’hui la précision n’est que de 5 à 10 m avec le système GPS de base, ou 1 à 2 m avec des systèmes supplémentaires qui affinent le signal mais ne sont disponibles que sur l’Amérique du Nord ou sur l’Europe.

Nous aurons aussi deux fois plus de satellites dans le ciel, une meilleure puissance de signal, et donc moins de risques que le signal s’atténue, voire disparaisse dans des zones qui ne sont pas dégagées.

Le surcroît d’altitude par rapport au GPS américain qui ne dispose que de 24 satellites (dont trois de secours) évoluant sur une orbite plus basse de 20.200 km offrira par ailleurs un angle d’inclinaison plus élevé et donc un signal plus visible, très utile en ville du fait de la présence d’immeubles de grande hauteur, monuments ou buildings…

Credit photo: ESA – P. Carril

Galileo est le système Européen de navigation par satellite à couverture mondiale. Il se compose de 30 satellites et de l’infrastructure au sol associée. D’ici 2014-2015, dix-huit satellites devraient avoir été lancés; les Européens pourront alors bénéficier des services initiaux.

Ce programme GPS de l’Union européenne pour le développement d’un système mondial de navigation par satellite est sous contrôle civil européen. Il sera compatible et interopérable avec le système américain GPS et le système russe Glonass.

D’autres pays mettent également en place leur propre système GNSS, l’Inde avec Compass et la Chine avec Beidou, qui s’appuient sur les mêmes fréquences que Galileo, ce qui avait créé quelques tensions sur l’attribution des fréquences à l’échelle mondiale.

Plus que jamais, les systèmes GNSS deviennent stratégiques, et les utilisateurs, qu’ils soient professionnels (topographie, chercheurs..), ou de simples civils (automobilistes, sportifs, etc.) disposent désormais de solutions pointues et innovantes pour la localisation ou les calculs des trajectoires, vitesses.., par exemple.

Les programmes européens de radionavigation par satellite (GNSS), EGNOS et Galileo, ont pour objectif principal de doter l’Union européenne de ses propres systèmes de positionnement et de datation par satellite afin de garantir son indépendance vis à vis des autres dispositifs existants. Actuellement cette dépendance est importante car le GPS souffre de nombreuses restrictions sur la précision du positionnement (20 mètres pour le signal gratuit), sur la fiabilité ou sa continuité (positionnement impossible dans certaines zones du globe à certains moments, pour des raisons politiques etc..

L’étape suivante consiste à déployer en orbite d’ici à fin 2014 dix-huit autres satellites, 18 satellites, sur les 30 que doit compter la constellation complète. Ils seront lancés par des Ariane 5 et des Soyouz depuis le Centre spatial Guyanais. À cette date, la constellation Galileo (encore incomplète) pourra fournir des services réduits à ses utilisateurs.

Galileo est un ensemble autonome basé sur une constellation de 30 satellites (27 satellites actifs + 3 satellites en réserve) en orbite à moyenne altitude (23 222 Km), qui vont émettre des signaux compatibles et interopérables avec les autres systèmes mondiaux de navigation par satellite existant (GPS et le sytème Russe Glonass ). Il comprend également une vaste infrastructure terrestre déployée à travers le monde. Galileo offrira cinq services de couverture mondiale destinés à des usages distincts (service ouvert, service commercial, service sauvegarde de la vie, service public réglementé, service recherche et sauvetage).

gps europeen galileo, mise en orbite satellittes
Credit photo: ESA – P. Carril

L’ensemble des services proposés par Galileo sera hiérarchisé, avec des accès restreints suivant les utilisateurs. Le service de base, ouvert et gratuit, sera proposé aux particuliers, avec une précision d’environ dix mètres mais sans garantie d’intégrité.

-La garantie d’intégrité sera incluse dans le service « sécurité de la vie » destiné principalement aux applications critiques, c’est-à-dire celles où la sécurité humaine est en jeu (transport aérien, maritime..).

-Une garantie de service pourra être payante. Le service régulé public sera destiné à la sécurité civile, à la police, à la douane, à la défense.

-Les satellites Galileo contribueront au système actuel de recherche et de sauvetage des personnes en détresse, avec une nouveauté : l’envoi d’un signal vers l’utilisateur l’informant que son signal de détresse a bien été réceptionné et que les secours sont en route.

Il faut rappeler que le projet lancé dans les années 1990 a pris beaucoup de retard, du fait de nombreux désaccords entre États membres, en particulier sur son financement.

Galileo permettra sur sa période d’exploitation de 18 ans de créer plus de 140.000 emplois hautement qualifiés, principalement dans les industries participant au programme européen et dans les entreprises de services utilisant la navigation par satellites.

Rating: 5.0. From 4 votes.
Please wait...

Le sujet vous fait réagir ? Donnez votre avis.

Soyez le premier à commenter !

Le sujet vous fait réagir ? Donnez votre avis.

wpDiscuz